Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

L'AGRIVOLTAISME
 

Contexte

→ La puissance raccordée en solaire PV est à 10GWc et les objectifs de la PPE sont de 44 GWc pour 2028 donc une multiplication par 4 de la puissance actuelle.

→ La priorité des futures installations PV doit toujours être :

  1. sur le BATI  (mais pas suffisant en surface)
  2. sur les terres non agricoles

Mais pour atteindre ces objectifs, ces seules surfaces ne suffiront pas d'où le besoin de foncier agricole complémentaire.

Les surfaces estimées sont variables, selon la "densité" des projets. Au niveau national, on estime de 20 à 40 000 ha.

Remarque :  selon le type de projet la densité va de 10% (exemple de panneaux verticaux, permettant de travailler normalement les terres, en bandes) jusqu'à 30/50% pour une valorisation de type moutons pour pâturage autour des panneaux. Dans le sud de la France, 25/30% de densité est rentable, en Bretagne, économiquement on estime le seuil plutôt à 40%.

Enjeux

  • Priorité à l’activité agricole (même si paradoxalement le C.A de l’électricité peut être supérieur à celui de l’agriculture),
  • Pérenniser les exploitations en apportant de la valeur ajoutée à l’activité agricole elle-même (renforce la valeur ajoutée agricole),
  • Se réapproprier des terres délaissées,
  • Contribuer à la transition énergétique,
  • Besoin de surfaces supplémentaires pour les objectifs climat,
  • Partenariat et partage de la valeur,
  • Spéculation foncière agricole, impacts sur les exploitations.

Le travail réalisé par l'Adème sur le code de bonne conduite, a déjà identifié plus de 40 types de projets en agrivoltaïsme, de nouveaux modèles vont apparaître encore.

Exemple d’avantages liés au projet sur parcours volailles :

  • Meilleure qualité sanitaire par rapport à des arbres,
  • Bien-être animal,

 Exemple sur une exploitation laitière qui arrête le lait : 

  • Sans agrivoltaïsme : "végétalisation" des surfaces avec abandon des prairies permanentes.
  • Avec un projet en agrivoltaïsme (porté par un collectif d'agriculteurs et piloté par deux jeunes agriculteurs) : production de cultures et volailles en vente directe, conversion des prairies en bio avec production de moutons et vente directe en circuits courts.
  • Biodiversité : Implantation de haies courtes, très mellifères autour du parc avec deux apiculteurs.

                      → Ce qui étofferait leur offre de produits viande locale avec label BIO.

Exemple d’agrivoltaïsme en haie (vertical orienté Est/Ouest) 

  • Occupe seulement 10% de foncier.
  • L'agriculteur en question passera d'un modèle peu productif de céréales/maïs/colza avec des rendements très moyens à un assolement d'environ 20 plantes alimentaires d'espèces différentes pour l'alimentation humaine. Modèle innovant de biodiversité inter espèces et d'interactions positives (Allélopathie)

  Dans ces 3 cas en cours de réflexion :

                   → création supplémentaire de valeur ajoutée agricole avec l'agrivoltaïsme.

                   → une part significative du capital est porté par les agriculteurs eux-mêmes et des tiers investisseurs locaux.

Plus globalement :

  • Différencier projets au sol classiques (avec moutons pour la tonte) et agrivoltaïsme (véritable projet agricole combinant exploitation et installation PV) --> Pas les mêmes engagements pour l'agriculture !

                  Différencier les types de coactivité en fonction de l'exploitation agricole : culture, élevage (les plus matures)

                  Une technologie qui évolue : différents niveaux de maturité de la technologie.

                  Ne pas dépendre de la qualité des terres : une bonne coactivité nécessite une exploitation pérenne !

                  S’approprier ces projets :

                  Création d’un groupement d’investisseurs(agriculteurs et riverains) local pour participer au capital

                  Editer des chartes développeur

                  Mettre en place des comités de suivi

                  Identifier des organes d’échanges entre le monde agricole et les développeurs (APEPHA-SER ?)

                  Mettre en place des actions de communication & pédagogie

  • Eviter des règles trop strictes en termes d'implantation: équilibre entre rentabilité et implantation :

                        Financement par les producteurs ENR, dont le raccordement = coûts importants

                         Moins de densité = faible rentabilité = mise en danger des projets (10-20% = très faible ! = des projets qui   

                         utilisent plus de surface agricole et empêchent les petites exploitations)